Exploration électrophysiologique

En pratique

Vous devez rester à jeun pour l’examen avec des consignes qui vous seront données lors e la consultation concernant l’arrêt de certains traitements (anticoagulant, anti arythmique…). Une information écrite vous sera remise lors de la consultation que vous devez rapporter signée lors de l’hospitalisation.

Une consultation auprès de l'anesthésiste sera organisée avec un délai légal d’au minimum 48 heures avant l’exploration.

La durée de l’hospitalisation est de 2 nuits avec, après le geste la nécessité de rester alité jusqu’au lendemain matin afin d’éviter les hématomes : à cet effet un pansement comprimera le point de ponction à l’aine.

L'exploration électrophysiologique permet de diagnostiquer l'origine de certaines palpitations, de malaises ou syncopes inexpliquées et de leur proposer un traitement adapté : médicament, pacemaker, ablation par radiofréquence, défibrillateur.

L'examen

Par ponction sous anesthésie locale de la veine fémorale au pli de l'aine on place sous contrôle radioscopique une ou plusieurs sondes dans le cœur droit. Elles enregistrent l'activité électrique cardiaque en différents points. Elles permettront aussi de stimuler le cœur en différents sites, afin de tester les qualités des circuits et automatismes électriques du cœur. L'examen peut comporter l'injection intraveineuse de médicaments permettant de compléter le diagnostic. L'ensemble des données recueillies est traité, amplifié et enregistré en continu.


Le patient

 L'examen d'une durée de 30 minutes à 1 heure en moyenne, nécessite de rester couché à plat sur une table d'examen et puis au lit pendant les 6 heures suivantes, sans plier la jambe.
Le patient est accompagné pendant toute la durée de l'examen d'une infirmière et d'un médecin spécialisés dans les techniques de diagnostic électrophysiologique.
En l'absence de traitement complémentaire, la sortie du service peut s'envisager dès le lendemain.

Le résultat

 L'analyse des courbes permet au médecin d'incriminer certaines anomalies à l'origine des palpitations ressenties par le patient comme les arythmies auriculaires (fibrillation auriculaire, flutter auriculaire), ou ventriculaire la tachycardie ventriculaire.
Dans les cas de malaises ou syncopes, l'étude des données peut mettre en évidence des déficiences d'impulsion ou de conduction électrique cardiaque responsables des symptômes.
Ces résultats permettent d'envisager un traitement adapté à chaque type de pathologie destinée à faire disparaître les symptômes : traitement médical ou par radiofréquence de certaines tachycardies, stimulateur cardiaque (pacemaker), pour certaines syncopes, voire défibrillateur cardiaque pour les plus graves.